competition

Compte rendu du Triathlon d’Uster 2015

triathlon uster 2015

Mon premier triathlon au format olympique (le triathlon d’Uster), et le dernier de la saison. C’était pour moi l’occasion de tester pour la première fois mes capacités sur 1500m en pleine eau. Ce triathlon était assez important à mes yeux car il se déroulait très près de chez moi. 10km me séparait du lieu de la compétition, j’ai pu m’y rendre directement en vélo et cela m’a permi également d’éviter de charger la voiture, trouver une place, démonter/remonter la roue le CLM et surtout ne pas avoir à me changer sur place.

Le temps était incroyable pour un 30. Août en Suisse, après avoir eu un début de semaine au alentour de 14 à 15° C, la fin de semaine c’est montrée plus que clémente avec des températures au dessus de 30°C samedi et dimanche. L’eau du lac était également très chaude, 24.2°C le jour de la compétition. Le port de la combinaison ne fût donc pas autorisée.

Après avoir retiré mon dossard, je rentre dans le parc à vélo. Je fus pas mal impressionné par la taille de ce dernier, c’est clair que ce n’était pas un Ironman, mais je fus assez surpris du nombre de CLM alignés pour cette compétition.

parc à vélos triathlon uster

J’ai retrouvé un ami qui participait également à la distance olympique et qui est très bon nageur, il sortira même 4ème dans sa catégorie!Une fois nos vélos en place, nous partons en direction du départ de la natation qui se situe dans l’enceinte de la piscine aménagée au bord du lac (Strandbad Uster).

Ce sera un départ par groupe de 4 pour éviter la cohue du départ groupé et surtout pour permettre d’avoir assez d’espace entre chaque concurrents sur la partie vélo où le drafting n’était – officiellement – pas autorisé.

 

La Natation

N’étant pas forcement à l’aise quand il s’agit de tirer des lignes droite en plein eau, j’essaie de repérer le parcours comme je peux par rapport aux bouées placées qui malheureusement – de couleur jaune – ne m’ont pas rendu la tache facile lorsque j’étais dans l’eau.

Le départ se passe bien et je trouve mon rythme au bout d’une centaine de mètres, mon premier virage se passe à merveille, je me dirige ensuite sur la seconde bouée accompagné d’un petit groupe de nageurs, nous dépassons deux ou trois personnes parties un peu avant nous en pleine brasse puis nous arrivons sur la seconde bouée, s’en vient ensuite un retour sur la berge avec une sortie à l’australienne.

triathlon-natation

Le soleil de pleine face qui me donna énormément de mal à tenir une ligne droite sachant que la sortie n’était pas vraiment indiquée, j’ai également essayé de suivre le flot de nageurs et j’ai réussi ensuite à rejoindre la terre ferme tant bien que mal et suis reparti pour le second tour. J’arrive ensuite à la sortie et j’en fini la natation avec un chrono de 00:30:18 mais avec 120m de nage en plus (1674m) sans compter la sortie à l’australienne!!! Ce qui veut dire que j’aurai pu améliorer mon temps final d’au moins 2 minutes…

Le Vélo

En vient la partie vélo, deux boucles autour de Greifensee qui cette année seront sur la partie piste cyclable…

Je n’ai pas fais beaucoup de triathlons mais je peux dire que c’était jusqu’à présent pour moi la partie vélo la plus dangereuse que j’ai pu voir. nous nous sommes retrouvé à plus de 800 sur la piste cyclable qui n’était pas fermée au public, ce qui veut dire que nous étions sur des portions à plus de 40km/h avec des personnes en rollers ou des familles complètes sur leur vélos sans oublier les promeneurs avec leurs bâtons de ski nordique.

velo argon18 e112

Tout simplement hallucinant en terme de sécurité, beaucoup de virages à 90° avec aucune visibilité et simplement des bénévoles à certains endroits nous faisant signe que la voie était libre.

Pour couronner le tout, certaines parties se déroulaient sur la route nous demandant d’alterner les trottoirs et la route principale où le flux de voitures en contre sens n’était quand à lui pas coupé. Une sorte de roulette russe pour chacun d’entre nous essayant de doubler les concurrents mais également les familles ou promeneurs sur la piste cyclable…

Malgré ces désagréments, le premier tour se passe plutôt bien, avec une cadence au alentour de 95 et une vitesse moyenne de 37km/h (ce qui est pour ma part plus que satisfaisant), les pulsations sont assez hautes et je mets ça sur le compte de la chaleur (11:30 avec une température de 27.8°c).

J’entame mon second tour en essayant de garder la même allure ce qui serait un exploit pour moi sachant que j’avais visé les 35km/h de moyenne. Tout ce passe bien jusqu’au alentours du kilomètre 30 lorsqu’un automobiliste décide de faire demi-tour à environ 20 mètres devant moi et se met à la perpendiculaire du sens de la circulation.

J’agrippe mes freins et déchausse une pédale automatique (je lui parle au passage du pays en Français) et repart temps bien que mal sur le gros plateau…

S’en vient ensuite le retour pour la fin de la seconde boucle avec ma foi, pas mal de petits trains de drafteurs assez discrets d’une part mais très efficaces en terme de vitesse et de dé-motivation lorsqu’on se fait doubler… Chacun sa course…

Je fini le vélo en 1:03.23 et presque 37km/h de moyenne!

Le retour au parc ce fait sans soucis, mis à part mon étonnement sur le nombre de vélos au sol. Après en avoir discuté avec un autre participant, il s’avère que les “racks à vélos” n’étaient pas des plus stables, et que les vibrations provoqués par les participants de retour au parc rangeant leur vélos un peu vite, faisaient tomber les vélos de l’autre coté…

 

La couse à pied

J’enfile ma visière et  mes chaussures, mon gel en poche, je pars pour les 10 kilomètres. Dès les premiers 500m, je revois mon objectif (4:30min/km) à la baisse. J’ai super chaud et je me sens vraiment déshydraté… Je me cale au alentour de 4:45min/km et j’effectue temps bien que mal la première boucle de 5km en ayant pour chance le premier ravito au 4eme kilomètre.

triathlon course à pied

La seconde boucle est encore plus pénible, je n’arrive pas à accélérer comme je le voudrais et une grande partie du parcours et en plein soleil. Je passe une nouvelle fois au ravito et je marche bien 20 bonnes secondes pour m’hydrater une nouvelle fois.

Mon temps sera de 46:13:00 alors que j’avais prévu 42:00:00, une erreur de gestion d’effort sur le vélo et une mauvaise hydration accompagnée d’un soleil de plomb m’ont sûrement porté préjudice sur le chrono final et seront des choses à revoir pour les prochains triathlons.

j’en fini en 2:23:10, classé 45eme de ma catégorie sur 108 et 130 sur 432 chez les hommes.

Mon bilan

Une superbe expérience pour ma part qui fût quand même plus dure que je ne le pensais surtout sur la partie course à pied.

Un peu déçu par ma natation, j’ai quand même bon espoir de pouvoir progresser dans cette discipline cette hiver.

Je pense enfin avoir trop donné dans la partie vélo et je crois surtout n’avoir pas eu de bol pour la voiture en plein milieu de la route, et un peu trop dosé en Iso mon bidon (ce dernier était vraiment super sucré). J’ai eu vraiment l’impression de ne pas être assez hydrater sur la partie course à pied.

Un capteur de puissance pour les fêtes de Noël sera une aide précieuse pour la gestion de l’effort sur le vélo, et surtout une meilleure gestion des lignes droites en eau libre et un meilleur dosage des bidons me permettront sûrement d’améliorer mon temps sur les prochains triathlons du même format.

Un petit bémol pour la partie vélo ultra-dangereuse, mais après pas mal de plaintes aux organisateurs de la part des participants sur facebook, ces derniers ont promis de revoir le parcours pour l’édition 2016.

La prochaine compétition sera au mois de Décembre pour les 10 kilomètres du jour de l’an à Zurich!

 

Tu aimeras sûrement